Semaine « Relaxez, c’est juste la fin de session »

 

 

 

Pour passer une belle fin de session

La fin de session, synonyme de grand rush et de stress, peut vite venir siphonner vos réserves d’énergie. Pas de stress! Les SAÉ et la FAÉCUM ont quelques bonnes idées à vous partager.

Invitez-vous à prendre une pause. Permettez-vous de sortir de cette course éreintante le temps d’un moment et réfléchissez à vos façons de retrouver votre vitalité. Voyez vos ami[e]s, ayez du plaisir, trouvez le moyen de continuer à rire, faites du sport, dormez… et relaxez-vous.

 

 

Pour faire le plein d’activité physique

C’est prouvé, l’activité physique permet de maintenir une bonne qualité de sommeil, génère plus d’émotions positives et réduit le niveau de stress. Consacrer idéalement 150 minutes par semaine à une activité physique, sans se prendre pour un[e] athlète, peut participer à éloigner de vous humeur dépressive et anxiété.  Alors oui, changez-vous les idées en pratiquant régulièrement une activité physique, même pendant la fin de session. Sur le campus, en tant qu’étudiant[e], vous êtes automatiquement membre du CEPSUM avec les avantages suivants : accès sans frais à la plupart des plateaux sportifs et aux bains libres et rabais sur l’abonnement à la salle d’entrainement et aux activités sportives. Profitez des moments de battement entre deux cours ou avant d’aller en classe pour y faire un tour!

4 moyens de se garder en activité durant la journée

  • Se lever de sa chaise et s’offrir une pause « verre d’eau » ou « étirement » pendant sa période d’études est une bonne excuse pour se dégourdir et soutenir les efforts de son cerveau.
  • Entre deux périodes de révision, savourer l’air extérieur le temps d’une promenade de 15 minutes.
  • Descendre du métro ou de l’autobus une station plus tôt et faire le bout qui reste en marchant. Quelle bonne façon de s’aérer l’esprit et d’obtenir sa dose de vitamines D!
  • S’offrir une activité facile à faire à la maison comme une séance virtuelle de Reggaeton, de Zumba, d’entrainement cardio-vasculaire ou de yoga. YouTube en regorge.
  • Alterner 30 minutes assis[e] et 30 minutes debout.

Prendre de telles pauses actives permet de réduire la fatigue musculaire, d’augmenter l’irrigation du cerveau, de réduire la fatigue et la glycémie. Alors, ne vous en privez pas.

Pour faire le plein d’aliments nutritifs

Le sprint avant les examens et les nuits d’étude peuvent apporter leur lot de fatigue. Opter pour du café pour résister à la somnolence, des boissons énergisantes ou encore des psychostimulants sans ordonnance s’avèrent nuisibles pour le bien-être.
Si le stress coupe votre appétit, pensez au moins à vous sustenter avec une boisson repas liquide que vous aimez ou une collation rassasiante contenant une bonne source de glucides et de protéines. Les glucides apportent de l’énergie instantanément. Quant aux protéines, elles peuvent vous soutenir plus longtemps.
Manger, c’est reprendre des forces pour être en mesure de penser et bouger. Bref, manger, c’est la vie.

5 astuces pour s’alimenter plus sainement, peu importe le budget

 

 

Pour rire un peu avec votre entourage

À l’UdeM, les lieux pour échanger et tisser des liens avec des étudiantes et des étudiants qui partagent une réalité similaire ou ont les mêmes intérêts que les vôtres sont nombreux.

  • Vous pouvez regarder du côté de votre association étudiante locale et des regroupements étudiants.
  • Étudier en groupe permet de garder sa motivation et de combattre la solitude. Vérifiez auprès de votre association étudiante; certaines offrent parfois des séances d’études de groupe.
  • Pour les cycles supérieurs, plusieurs activités de la FAÉCUM permettent de prendre une pause des stages, des laboratoires ou des séances de rédaction ou de correction de travaux.

« Laissez-moi rire! »

Vivre du stress et être en fin de session n’est pas incompatible avec continuer d’avoir du plaisir et rire. Qu’il soit spontané ou intentionnel, le rire aurait plusieurs bénéfices pour la santé physique et psychologique. Selon différentes études, le rire permettrait de diminuer le stress et les tensions musculaires, d’augmenter l’activité du système immunitaire et la sécrétion de bons neurotransmetteurs (dopamine, endorphine, sérotonine), et serait bénéfiques aux relations sociales.


Regarder des vidéos drôles, participer à une séance de yoga du rire, rire sans raison, raconter des blagues, voir un spectacle d’humour, c’est à vous de voir. Pourquoi ne pas commencer avec une soirée au cabaret d’humour le 25 novembre? Rien de mieux que de rire en bonne compagnie! L’important est d’accumuler des minutes de rire tout au long de la journée. Il parait qu’une minute de rire serait l’équivalent de 45 minutes de relaxation.

 

 

Pour gérer le niveau de stress et l’anxiété

Tout le monde vit des moments de stress, des soucis, de l’inquiétude, de l’anxiété. Sachez qu'il existe différents niveaux de stress.

Le « bon stress »

Les réactions de stress sont normales et même utiles pour se mobiliser afin de rencontrer les exigences scolaires qui viennent avec la fin de session. Lorsqu'on parle de « bon stress », on parle de celui qui vous motive à faire des efforts et à être concentré[e] pour préparer efficacement vos examens ou faire vos travaux. Vous pouvez ressentir alors de l'excitation liée à la fin de session et à la réussite anticipée d'une année scolaire ou d'un programme d'étude.

Fatigue, épuisement, anxiété, solitude ou déprime

Par contre, passé un certain seuil, le stress et les autres émotions négatives, comme l’anxiété, deviennent trop importants et peuvent nuire au bon fonctionnement. Il est alors possible que la performance scolaire diminue. Vous pouvez procrastiner ou encore, trop étudier. Votre santé peut se dégrader, vous pouvez avoir des difficultés avec les gens de votre entourage et aussi, ne plus avoir de plaisir. Dans tous les cas, le stress chronique et ses impacts sur le fonctionnement témoignent de la présence d’un état de déséquilibre.

De l’aide pour voir la lumière au bout du tunnel

Si vous vous trouvez dans cette situation, ne restez pas isolé[e]. Vous pouvez par exemple frapper à la porte d’une sentinelle sur le campus, peu importe où vous vous trouvez. Vous la reconnaitrez par le phare, apposé sur la porte de son bureau ou sur son poste de travail. Cela signifie que vous pouvez vous adresser à elle, sans hésiter.

Une ligne téléphonique disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par année est également disponible pour l’ensemble de la communauté étudiante grâce au Programme d’aide en santé étudiante. Aucun problème n’est trop grand ou trop petit. N’hésitez pas à décrocher le téléphone pour composer le numéro sans frais 1 833 202-4570 en toute confidentialité.

En plus d’activités qui font du bien, le site cavaaller.ca recense les ressources essentielles pour votre bien-être.

Si votre situation est liée aux finances, n’hésitez pas à profiter des services des Ressources socio-économiques, incluant de l’aide d’urgence et des avances de fonds.

Comment trouver un meilleur équilibre de vie?

Les habitudes de pensée, les stratégies de gestion du stress ainsi que les conditions de vie actuelles peuvent avoir un impact sur le stress vécu.

Découvrez comment les émotions sont influencées par les pensées. Plusieurs signes physiques, émotionnels et comportementaux témoignent de la présence de stress élevé et d’anxiété.

Parfois, il arrive que l’on réagisse à ses émotions en négligeant des besoins importants. Prenez le temps de vous poser les questions suivantes :
- Quelle est mon émotion?
- Quel besoin se cache derrière mon émotion?
- Que puis-je faire, soit maintenant ou plus tard, pour répondre à mon besoin et diminuer mon stress?

Consultez le site de Passeport Santé qui présente 10 conseils scientifiquement prouvés pour réduire le stress ou gérer l’anxiété.

 

 

 

 

Pour prendre soin de vous

Prendre soin de soi-même, c’est essentiel, surtout en fin de session.

8 idées inspirantes pour penser à soi

  • Se rappeler qu’on est juste imparfait... et parfait comme ça! XOXO de son estime!
  • Se laisser le temps d’apprendre; les êtres humains sont tous en apprentissage à chaque jour de la vie.
  • Relâcher, décrocher de la course à la perfection. Accueillir l’imparfait, là, maintenant.
  • S’accorder un moment pour visualiser l’un des chemins possibles vers sa réussite personnelle, étape par étape. Laisser aller son imagination dans le bon sens!
  • Diviser ses tâches d’étude en petits objectifs; les petites bouchées sont moins indigestes.
  • Essayer la très populaire technique de la tomate Pomodoro (sur Google, il existe autant du contenu textuel que vidéo sur cette technique de gestion du temps).
  • Cultiver l’art de la bienveillance avec des exercices de présence attentive ou de conscience de soi, les ateliers KORSA ou les activités de la communauté Bien-Être. Petit Bambou ou Mindspace sont deux applications qui permettent de le pratiquer.
  • Rester dans le moment présent en se laissant toucher par la présence d’un rayon de soleil, en savourant pleinement son lunch, en remarquant les mouvements de son corps lorsqu’on monte un escalier… Les façons de se montrer présent à soi-même sont illimitées.

6 suggestions pour s’offrir de bonnes bouffées d’oxygène

  • S’accorder des moments de plaisir ou de détente entre les périodes d’étude. Prévoir une activité personnelle à l’avance permet non seulement de ponctuer ses journées difficiles de moments agréables et de recharger ses batteries, mais aussi de mieux réguler sa productivité et sa motivation. C’est important si l’on veut tenir bon jusqu’au jour J.
  • Penser à son activité favorite qui redonne de la vitalité et que s’intègre bien à l’horaire : sport, détente, loisirs, musique, ami[e]s, etc.
  • Être réaliste. Qui a dit qu’il fallait tout étudier? En période de révision, la clé est de bien gérer ses priorités en fonction de sa progression. Avant chaque période d’étude, prenez un moment d’arrêt pour établir les objectifs prioritaires à atteindre. À mesure que vous avancez, revoyez la liste de vos priorités et réajustez de manière à toujours vous centrer sur les notions essentielles. Si vous avez du temps, attaquez le reste. Ceci vous redonnera instantanément un sentiment d’emprise sur le temps.
    Pensez à tout le bien que cette stratégie peut vous apporter.
  • Inutile de continuer quand la panique se fait sentir et que la tête est prête à exploser. Le seul moyen à disposition est de vous recentrer sur le moment présent en focalisant votre attention sur votre respiration ou sur vos sensations physiques, le temps qu’il faut pour retrouver votre calme. Si cela ne suffit pas, vous pouvez parfaitement décider de revenir à l’étude plus tard et faire une autre activité pour vous ramener à un état émotionnel plus neutre. Pensez à tous les gestes qui vous aident à vous calmer dans les moments de panique.
  • Reprendre ou maintenir une bonne hygiène peut être très bénéfique, même si cela parait contre-intuitif, si vos bonnes habitudes ont été déstabilisées avec la fin de session. Par exemple, vous pouvez prendre le temps de vous faire un bon repas, vous coucher plus tôt que d’habitude ou vous activer physiquement (vous étirer, prendre une marche, aller courir, etc.). Pensez à la meilleure des habitudes qui serait la plus facile à introduire dans votre routine.
  • Appliquer la bienveillance envers soi-même de manière inconditionnelle, sans égard à la productivité et à l’aide de petits gestes quotidiens positifs. S’accorder des moments de détente, accepter et se pardonner les moins bonnes journées d’étude, se récompenser après un effort ou souligner ses bons coups de la journée. Il existe plusieurs façons de pratiquer la bienveillance envers soi-même. Pensez à ce que vous aimeriez dire à votre meilleur[e] ami[e] pour l’encourager en cette fin de session.

 

 

Pour redonner un élan à votre projet d’études

C’est normal d’avoir des doutes en fin de session. C’est une période exigeante qui comporte son lot de stress et de remise en question. Il est important de vous donner du temps et de remettre les choses en perspectives.

5 conseils pour dynamiser votre projet d’études

  • Renouez avec vos intérêts : il est normal de ne pas aimer tous vos cours au même niveau, mais tentez de faire des liens entre eux pour avoir une vision globale de votre domaine d’études. Identifiez les intérêts qui vous donnent du plaisir à apprendre et continuez à les nourrir en faisant des liens avec vos possibilités de carrières.
  • Revisitez vos objectifs : fixez-vous de petits objectifs réalistes à court terme pour avoir de petites satisfactions tout au long de votre session et ainsi préserver votre motivation.
  • Cultivez votre énergie positive : attardez-vous aux éléments qui se passent bien dans vos études. Ceci vous permettra de changer votre perspective et de laisser moins de place aux aspects négatifs. Pratiquez l’art de la gratitude pour les petites choses de la vie.
  • Variez vos activités : ayez des activités en dehors de l’Université pour changer votre énergie et ainsi créer plus d’espace pour étudier par la suite. En plus, ces activités contribuent à développer des compétences favorables à votre projet d’études et créent un meilleur équilibre de vie.
  • Arrêtez-vous : prenez un moment pour identifier ce qui est important pour vous dans la réussite de votre projet d’étude. Posez-vous la question : je performe pour qui et pourquoi?

 

 

 

 

Pour recharger vos batteries

« Je suis fatigué[e], donc je dors ». Ça peut être si simple si on se le permet. Sachez qu’il est parfaitement possible et nécessaire de prendre le temps de s’arrêter, ne serait-ce que quelques minutes pour retrouver son sang-froid. Faire une pause, prendre soin de son sommeil, c’est s’aimer, c’est savoir se créer sa bulle de réconfort dans une période plus stressante.

N’hésitez jamais à vous offrir une bonne nuit de sommeil complète, peu importe le nombre d’heures d’étude effectuées dans la journée.

7 conseils efficaces pour un sommeil de qualité

  • Adopter, dans la mesure du possible, un horaire régulier convenant à son rythme de sommeil.
  • Se créer des conditions favorables pour dormir avec une chambre sombre et silencieuse, une bonne circulation d'air et un lit confortable.
  • Réserver son lit seulement pour dormir, pour l’intimité et pour l'activité sexuelle, et laisser les autres activités avec écrans au salon ou à la cuisine.
  • S’assurer de faire une transition relaxante entre sa dernière activité de la journée et le moment d’aller au lit.
  • Éviter de se priver de sommeil pour étudier ou faire d’autres activités afin d’éviter les répercussions du manque de sommeil.
  • Limiter la consommation d'alcool, de caféine et de nicotine, particulièrement en soirée. La caféine et la nicotine sont des stimulants. Bien que l'alcool puisse provoquer la somnolence pour certain[e]s en soirée, cela entraine, dans les faits, un sommeil plus fragile pour le restant de la nuit.
  • Éviter les repas copieux en soirée, tout en évitant de se coucher en ayant trop faim. Si nécessaire, s’accorder une collation légère en soirée.

Zzz… C’est l’heure de la sieste

L’art de faire de courtes siestes, au besoin, est un atout précieux pour les recharges rapides de batteries, pour celles et ceux qui s’endorment facilement. Selon plusieurs études, même une sieste aussi courte que de 10 à 30 minutes pourrait améliorer les effets négatifs d’une restriction du sommeil, notamment la vigilance, l'humeur, et la mémoire à court terme. Faire une sieste peut aussi aider à pallier au stress en lien avec la performance scolaire. Finalement, la sieste faciliterait aussi l’encodage et la concentration nécessaire pour de nouveaux apprentissages, contrerait la somnolence et aurait un effet bénéfique sur le système immunitaire.

Ce site a été optimisé pour les fureteurs Microsoft Internet Explorer, version 6.0 et ultérieures, et Netscape, version 6.0 et ultérieures.